Reconversion professionnelle: ai-je fait le bon choix ?

reconversion prof

Ce n’est un secret pour personne, je n’exerçais pas ce métier avant…

Ma passion tournait plutôt autour de mon dictionnaire de grec ancien. Je m’évertuais à y retrouver la forme originelle d’un verbe conjugué dans un texte d’Homère (de préférence) pour en comprendre le sens.

C’était un vrai casse tête, un puzzle à construire, une charade à résoudre. Je pouvais passer des heures dans les pages de ce dictionnaire. C’était mon éternel compagnon, depuis mes 13 ans.

J’ai ensuite essayé de partager cette passion à mes élèves et j’ai adoré transmettre un savoir. Ce qui me plaisait c’était que je voyais dans une classe: un melting pot d’individualités avec chacune sa spécificité, son grain de folie. Dans une classe, il y a des échanges, et c’est ça qui fait avancer les choses.

Mon meilleur souvenir fut les classes de terminale en Latin. Certains étaient là juste pour grapiller des points au bac, d’autres par habitude, ils avaient commencé en 5e alors pourquoi arrêter maintenant? D’autres enfin, aimaient vraiment ça. Malgré les intérêts de chacun, le cours de latin réunissait. Qu’on le veuille ou non, il y avait toujours une anecdote à retenir. En outre le programme et le niveau rendaient les cours stimulants, pour moi en tout cas.

[Tweet « Pourtant je ne fais plus le même métier…Ai-je fait le bon choix? »]

Là où je vis actuellement, étant expatriée, il n’y a pas de latin ou de grec. Je n’aurais pas pu vraiment faire les choses que j’aimais. J’ai quand même enseigné autre chose, un peu, mais ce n’était pas pareil à un élément près: en salle des profs, les collègues qui ne savaient pas comment faire quelque chose sur ordinateur avaient tendance à me solliciter. Il faut dire qu’on m’y voyait souvent derrière l’ordi, à créer des cours, des questionnaires, trouver des ressources, résoudre un petit bug…

Les années en Angola ont passé et je me suis donc reconvertie…

Mais cette question: ai-je fait le bon choix ?…

Et, cette semaine, j’ai fait une migraine ophtalmique. Jamais je n’en avais eu, je ne savais pas ce que c’était.

Tout à coup, une tâche transparente, brillante, plate ayant l’aspect d’une bulle de savon flottait devant mes yeux. J’étais en train de lire une feuille de style CSS et cette ligne a soudain été cachée par cette tâche. Je ne voyais plus lorsque je tapais quelque chose. La tâche s’est mise à grandir..grossir..

Bêtement j’ai pensé à ces campagnes télévisées pour les personnes agées où on leur dit de consulter si elles voient régulièrement une tâche devant les yeux, leur expliquant qu’il faut prendre le problème à temps, que cela peut-être irréversible.

Bêtement, j’ai eu peur que cette tâche reste. Qu’elle soit là, définitive, et m’empêche de voir. Je n’ai pas eu peur de ne plus voir. J’ai eu peur de ne plus voir mon écran, de ne plus pouvoir taper, écrire des articles, de ne plus pouvoir coder. Du fond de moi, ce qui s’est mis à hurlé, c’est une voix me disant: « Non ! Je fais un métier que j’adore! Je me sens entière et épanouie! Qu’est-ce que je vais devenir si je ne peux plus créer en ligne ? Faire des sites?  »

Réaction disproportionnée dont on peut bien se moquer 😉 J’ai toujours eu une tendance hypocondriaque et à imaginer le pire.

Néanmoins, au plus profond de moi, j’ai vraiment réalisé que : oui, j’avais fait le bon choix.

Je ne me vois pas me lever le matin et faire autre chose, parce que j’aime ça, c’est une évidence.

Et si vous vous demandez…Oui, ça me manque les dictionnaires et l’aoriste et les déclinaisons..Mais je sais, ça aussi, que j’y reviendrai. Pour le plaisir, pour me secouer les méninges, pour la beauté !

Et vous, vous êtes vous reconverti? Regrettez-vous? Ou êtes vous content de votre choix? N’hésitez pas à me faire part de votre témoignage dans les commentaires.

2 Comments

  1. Les Petits Riens sur 26 septembre 2015 à 17 h 54 min

    Moi aussi je me suis reconvertie (et moi aussi je fais des migraines ophtalmiques et la première fois c’est toujours impressionnant je le confirme !)…
    J’ai fait des etudes de chimie et un jour je me suis rendue compte que autant ça m’éclatait en cours, mais tous les jours, c’était pas mon truc… Et puis y a eu internet et ça a été une révélation… Je me suis reconvertie d’abord dans le web, puis plus largement dans la communication. Depuis avril je suis freelance un peu « touche à tout » (rédactrice web, chef de projet web, community manager…) et j’adore ça ! À aucun moment je ne regrette mon metier de technicienne de labo !
    Aujourd’hui je suis vraiment en phase avec moi-même 🙂

  2. viau-desmarais sur 27 septembre 2015 à 11 h 24 min

    Les différentes évolutions ayant attrait à l’humain ont vu leur croissance explosées ces toutes dernières décennies (sur les plans sociaux, culturels et de manières plus « macro-sociales », sur les plans professionnels, familiaux, etc …
    L’industrialisation et plus particulièrement le monde virtuel au sens large y sont évidement les déclencheurs de ces changements majeurs et surtout rapides

    Cela inclut des changements de vie, de professions qui n’existaient pas dans nos cultures plus anciennes mais cela devient une norme désormais.
    Cela n’implique pas forcément des erreurs de choix, cela veut juste dire que la vie évoluant rapidement, les besoins changent que ce soient sur les plans familiaux oui personnels.
    Dans ce cadre, il est difficile de regretter le passé, d’autant que l’avenir nous promet encore d’autres changements 🙂

    Quant à l’aspect entrepreneurial, c’est encore une autre étude : tout le monde n’est pas fait pour entreprendre, mais ceux qui le sont peineront à faire autre chose … J’en sais quelque chose puisque le pas n’est pas encore entièrement franchit pour moi, je crois que je remplis la hotte de mon projet de sens encore plus profonds et porteurs pour moi, mais le retour en arrière est également impossible à envisager car quoiqu’il arrive … j’avance aussi 🙂

Laissez un commentaire





Scroll Up
41 Partages
Enregistrer10
Tweetez9
Partagez13
Partagez9