Skip to content

Ravie de partager cet article

avec toi !

Où en es-tu

DANS TA DIGITAL JOURNEY ?

Découvre tes points forts, mets le doigt sur tes blocages actuels et prépare toi à aller de l'avant

Quel page builder choisir pour tes projets clients?

Avant de me lancer dans le vif du sujet, sache que l’article qui suit n’engage que moi, ainsi que mon expérience d’utilisatrice et de web designer.

Au cours des années, j’ai testé et utilisé des dizaines de thèmes WordPress, codé des thèmes Genesis, et commencé à incorporer des « page builders » dans mes créations de sites pour plusieurs raisons:

  • Mes clientes étaient demandeuses pour le côté « simple à utiliser »
  • Elles avaient besoin de flexibilité pour faire évoluer leur site ou créer des pages

J’utilise désormais régulièrement deux pages builders distincts:

  • L’un est Divi que j’utilise pour des sites avec des besoins que je qualifierais de « normaux » (pas de fonctionnalités spécifiques à développer)
  • L’autre que j’utilise pour des sites plus complexes ainsi que sur mon propre site est Beaver Builder.

Je vais donc te parler plus aisément de ces deux builders que je connais parfaitement mais je vais également te mentionner d’autres choses que j’ai pu essayer.

Pourquoi j’ai commencé à utiliser des page builders dans mes projets de sites clients

Mes clientes avaient besoin de flexibilité

Beaucoup de mes clientes sont coaches et la façon dont elles exercent leur métier et flexible et en évolution constante. Elles gagnent souvent en expérience et font évoluer leurs offres, elles proposent des programmes, elles ont besoin de communiquer sur des événements ponctuels, de créer des pages de vente, d’information, d’inscription etc.
Elles ont donc besoin de « construire » des pages elles-mêmes, rapidement et facilement.

C’est à partir de ce constat que je me suis rendue compte qu’il était beaucoup plus intéressant pour elles d’avoir accès à un système de « drag and drop » pour « poser » des élements facilement sur une page.

Avant je privilégiais le code et les structures propres et j’avais l’impression qu’il n’était pas « sûr » d’utiliser un builder, que le site serait ralenti, le code moins propre, bref, que les builders c’était « mal ».

Mais les choses ont beaucoup évolué depuis les balbutiements des pages builders et on pourrait même dire que construire un site avec un page builder est quasiment devenu la norme.

Mes clientes voulaient être autonomes

A ce besoin de flexibilité, s’ajouta un besoin d’autonomie. Les clientes avec qui je travaille veulent pouvoir faire elles-mêmes des changements. Elles veulent avoir le contrôle sur leur site.
Bien que je précise qu’elles n’auront pas le contrôle sur tout et notamment certaines spécificités du design, j’apprécie qu’elles puissent ajouter une section par elle même ou modifier leurs images et leurs textes.

Cela me permet d’avoir du temps pour des tâches plus complexes et leur permet de faire leurs modifications quand elles le veulent sans avoir à composer avec mon planning.

Cela peut te faire peur en tant que web designer car tu peux te dire que c’est un manque à gagner, que tu te « tires » une balle dans le pied si au final tes clientes n’ont plus besoin de toi.

Je vais ta rassurer sur ce point. Tes clientes, si elles sont contentes de ton travail reviendront vers toi. Elles n’ont pas la maîtrise pour créer des pages au design plus complexe, parfois elles n’auront tout simplement pas le temps et préféreront déléguer. Et pour ta rassurer je t’invite même à créer des packages de maintenance qui leur permettront de faire appel à toi pour des mises à jour ou des customizations.

> Si tu as des questions sur les services de maintenance que tu pourrais proposer, cet article pourrait t’intéresser.

C’est un gain de temps

Lorsque j’avais besoin de certaines fonctionnalités je devais mettre les mains dans le code php. Je trouve ça assez fascinant ceci dit et cela ne m’a jamais rebuté, mais je ne suis pas une pure développeuse.
Ma spécialité est bien plus le Front-End et l’UX design.

Grâce aux page builders, tout le temps que je passais à coder avant a pu être reporté sur la stratégie et le design. Au niveau professionnel j’ai donc gagné une certaine liberté que je n’avais pas avant. Libérée de certaines contraintes j’ai pu faire plus de choses que j’appréciais plus, prendre davantage de projets et me spécialiser dans les deux disciplines citées au dessus.

Les builders permettent également d’enregistrer les mises en page que l’on crée ainsi il est donc facile de réutiliser quelque chose sur quoi on a déjà passé du temps sans recommencer de zéro. Un vrai plus !
Je ne dis pas qu’il faut faire du copier-coller de sites, ce serait trop facile et impossible puisque chaque site selon moi obéit à des contraintes liées au business qui le définit, mais il n’est ni mal ni interdit de se simplifier la vie ! J’ai d’ailleurs du faire un travail sur moi pour m’autoriser à penser cela.

Ce n’est pas aider ton client que de t’interdire de te simplifier la vie.

Enfin, grâce aux page builders, cela signifiait pour mes clientes, pouvoir se débrouiller à créer certaines choses sans toucher au code chose qui les rebutait au plus au point.

Le builder que je n’aime pas: Visual composer / WPBakery

J’ai eu l’occasion de travailler sur Visual Composer à de nombreuses reprises, il était souvent inclus dans des thèmes que l’on trouve sur ThemeForest.

Et…j’ai détesté.

Il y a plusieurs raisons pour ça:

  • Il y a des bugs. J’ai souvent eu des problèmes avec des choses qui faisaient planter le site, des white screens of death (page blanche à la place de son site souvent causée par une ligne php qui a un soucis), des modules qui ne fonctionnaient pas comme ils auraient dû. Etc.

Trouver la solution n’était pas toujours simple ou alors elle venait du fait qu’il fallait mettre à jour le plugin dont la licence n’était pas toujours incluse dans les thèmes l’utilisant, d’autres fois c’est parce que les développeurs devaient résoudre un soucis dans une mise à jour qui tardait à venir.
Mettre les mains dans le code de Visual Composer m’a aussi pas mal découragée.

Outre cela je ne trouve pas l’interface très facile à utiliser au premier abord. Elle n’est pas intuitive et peut rebuter mais ça c’est une question de préférence.

Le coût est également à prendre en compte et Visual Composer désormais devenu WPBakery est à 45$ pour une seul site…Il existe des licences « extended » mais on doit en faire la demande. Je trouve cela peu pratique.

Quand on utilise un builder, c’est pour toutes les raisons que j’ai cité dans la première partie de cet article (facilité d’utilisation, gain de temps etc.) or si ledit builder, ne nous fait ni gagner du temps, ne nous facilite pas la vie et nous demande de coder pour résoudre un problème, je préfère m’en passer.

Elementor: un page builder ultra populaire

Elementor m’a fait beaucoup, mais alors beaucoup réfléchir. C’est LE builder à la mode, celui qui propose « all the bells and whistles » pour une version gratuite incroyablement fournie et une version pro en constant développement.

La promesse: pouvoir TOUT faire sans une ligne de code.

J’ai failli changer pour ce builder « too good to be true » parce qu’il est moins cher (même en version premium) que mon builder actuel, parce qu’il propose des tonnes d’options qui permettent d’imaginer des myriades de solutions, parce qu’il évolue vite, très (trop) vite, et qu’il est plébiscité par beaucoup.

Il est génial, je ne vais pas dire le contraire.

Elementor est un page builder qui permet de déposer des modules sur ta page, en tenant compte d’un système de blocs qui dès qu’on a regardé quelques tutoriels est facile à comprendre. Je l’ai pris en main en à peine une journée.

Mais au moment où j’ai failli me laisser tenter, j’ai lu un article qui m’a fait réfléchir et qui mentionnait quelque chose que j’avais ressenti moi même sans savoir mettre les mots dessus.

Elementor est très bien, gratuit ou peu cher pour ce qu’il propose. Il permet de garder le site propre (pas de shortcodes) quand on le désactive. Il permet de ne pas toucher au code, d’utiliser des templates tout faits et de les modifier. Il est simple d’utilisation.

MAIS

En le testant je me suis rendue compte que ce builder m’a donné le vertige. Il m’a fascinée avec sa multitude d’options (je l’ai testé en version premium) et j’étais comme un enfant découvrant un nouveau jouet, j’ai voulu en faire le tour, l’utiliser à fond et je me suis rendue compte qu’en m’offrant trop de possibilités, ce builder me compliquait la tâche car il m’obligeait à penser à tout ce que je pouvais créer avec en compliquant mes choix.

Il me faisait oublier le cheminement qui fait qu’un site est efficace au profit de la technologie que je pourrais appliquer. Beaucoup de choses sont des gadgets qui ne vont pas avec ma philosophie qui vise à simplifier les choses.

En outre en offrant autant d’options, ma crainte est qu’à un moment donné il y ait certaines incompatibilités. D’autres systèmes au contraire – et c’est d’ailleurs le propre de WordPress – permettent d’avoir une base solide que l’on peut compléter avec des programmes tierces si on en a besoin.

La question a se poser avant de choisir Elementor est: as-tu besoin de toutes ces fonctionnalités ? As-tu besoin de faire face à des milliers de possibilités?

Commence par te demander : Quels sont tes besoins ? Quels sont les besoins de tes clients? Fais-tu partie des gens qui préfèrent avoir le Tout en un ou qui préfèrent avoir quelque chose qu’ils peuvent ensuite faire évoluer à leur manière.

Préfères-tu un outil plus simple et stable sur le long terme ou les toutes dernières options derniers cri ?

As-tu envie que ton client soit tenté d’ajouter des modules à tire larigot et gâche tes mises en page savamment pensées?

Je finirais par cette métaphore: préfères-tu aller faire ton shopping dans les grands Mall où tu auras tout à porter de main à ne savoir plus où donner de la tête ou préfères tu flâner dans les rues à la découvertes de boutiques indépendantes?

En terme de prix la version gratuite fait déjà pas mal de chose et je sais que beaucoup l’utilisent pour leurs clients car cela enlève le côté licence. Si tu veux la version payante il t’en coûtera 199$/an avec une réduction lors du renouvellement.

N’oublie pas qu’il te faudra choisir un thème de base indépendamment d’Elementor pour construire le site car Elementor contrairement à Beaver Builder ou Divi ne propose pas de thème.

Divi un page builder ludique et intuitif

Un builder intuitif

Plébiscité par beaucoup, Divi a le mérite de beaucoup plaire aux débutants.

On a le choix entre Divi le thème où le builder est inclus ou le builder seul si on a un thème de base de prédilection et que l’on veut juste utiliser le builder.

J’ai surtout pratiqué la version tout en un qui est très flexible.

C’est à mon avis un très bon page builder car il permet une très bonne personnalisation des éléments et des facilités en terme de construction de pages pour les novices grâce au visual builder qui permet de voir les modifications en live.

J’aime vraiment ce builder qui donne un côté frais et moderne au site. Le risque peut être de retrouver certains éléments « formatés » de sites en sites comme les boutons ou certains modules. Mais les codeurs peuvent gommer ces trait d’appartenance à Divi car le thème se personnalise relativement bien.

Ce builder du fait de sa popularité a vu se développer une énorme communauté ce qui permet de trouver de l’aide, des conseils ou même des produits complémentaires pour développer le site de ses envies.

Les produits d’Elegant Themes semblent faits pour durer donc on a pas à craindre leur utilisation.

Des plugins intéressants inclus

On a ici le meilleur rapport qualité / prix. Pour 249$ on peut avoir une licence à vie. En comparaison avec Elementor et Beaver Builder, surtout si l’on crée des sites pour des clients, cela permet d’apporter l’avantage de leur proposer un site sans qu’ils aient à se soucier des mises à jour futures.

L’accès à la fois au builder, thème Divi et plugin Monarch et Bloom permet également de faire l’économie de plugins premium.

On a donc ici un combo puissant qui peut-être un bon compromis notamment lorsqu’on se lance tout juste dans le métier.

Mon deuxième choix

Ce builder n’est pourtant pas mon premier choix pour tous mes projets et ce pour plusieurs raisons:

  • Son défaut pour moi : les shortcodes. Si on veut changer de thème ou le désactiver on doit tout recommencer de zéro. Impossible de réutiliser les pages telles quelles sauf à nettoyer un à un les shortcodes laissés par Divi.
    Ce n’est absolument pas un problème si on veut rester avec Divi tout le temps mais mieux vaut évaluer le projet du client avant d’utiliser ce builder pour voir si cela peut convenir.
  • Le deuxième défaut est qu’on ne peut pas intervenir sur la structure facilement. Par la structure j’entends le header, footer, les pages de blog, catégories, archives etc. C’est possible avec des plugins supplémentaires mais ce n’est pas aussi aisé qu’avec des builders comme Elementor ou Beaver Builder. C’est pour cela que je ne l’utilise pas pour des sites complexes auxquels je veut donner un rendu et une structure unique.

Beaver Builder simple, puissant, discret

Le concurrent direct d’Elementor

On est ici sur la même base qu’Elementor. On peut faire les mêmes choses à quelques détails près avec ces deux builders.

La seule différence étant le prix: Beaver Builder en version premium est plus cher cela et cele est d’autant plus vrai si l’on veut ce qui est appelé « Themer » pour personnaliser la structure.

Beaver builder est à 199$ et Beaver Themer qui permet de modifier la structure est à 147 $, pour le renouvellement on bénéficie de 40% de réduction.

Il existe tout de même une version gratuite qui permet de se faire la main et je pense qu’en utilisant la version gratuite avec un add-on comme Powerpack Builder pour lequel on peut avoir une licence à vie ou Ultimate Addons for Beaver Builder qui propose également une licence à vie, on peut avoir de très bons résultats.

Bien que beaucoup semble adorer la présentation d’Elementor, je la trouve un peu confuse quand du côté de Beaver on a chaque élément à sa place. Je trouve l’interface plus « propre » sur Beaver. La façon de déposer les éléments sur la page est également plus fluide.

Ce que j’apprécie particulièrement sur ce builder et la possibilité de créer une interface spécifique pour ses clients. On peut leur simplifier la tâche et les empêcher de « faire des bêtises » en activant ou désactivant certains modules.

Themer: un plugin puissant

Themer est donc un plugin que l’on peut ajouter à la suite Beaver pour personnaliser en profondeur son site.

Cela va te permettre de créer des templates spécifiques pour des pages qui ne sont pas « statiques » à la base comme les archives, les articles de blog, les catégories, les pages d’articles à vendre woo commerce etc.

J’aime vraiment ce plugin qui me permet de penser les articles de blog, et d’autres parties du site différemment. Je suis ainsi sûre de créer quelque chose d’unique qui obéit à des besoins spécifiques.

Un page builder moins exhaustif mais qualitatif

Beaver Builder possède moins d’options « à la mode » qu’Elementor et c’est le plus souvent en association avec les add-ons Powerpack et UABB que l’on va retrouver des options plus poussées ou plus « fancy ».

Néanmoins, pour le moment je choisis de rester avec ce page builder parce que l’équipe qui est derrière est plus « familiale », j’ai toujours eu des réponses à mes problèmes quand j’en ai eu (ce qui est arrivé 2 fois en 4 ans). J’aime aussi la stabilité des outils. Quand les mises à jour de Divi me font parfois frémir (moins maintenant, ils se sont amélioré), avec Beaver Builder je n’ai jamais de problèmes et c’est vraiment ce qui me plaît quand je l’utilise sur des sites clients complexes. Je sais que les mises à jour ne vont pas tout casser et je peux être sereine. (Si tu as des clients qui t’écrivent dès qu’il y a un bug, crois moi, tu veux vraiment une solution stable)

Je suis sûre de cet outil, je l’ai bien en main, j’attends de voir si la folie des grandeurs d’Elementor résistera à leur produit et je préfère ajouter des options seulement quand j’en ai besoin plutôt que d’en avoir trop à porter de main.

Je peux tout à fait concevoir que tu aies un avis différent du mien car cela dépend des projets que l’on réalise, de ses besoins, de ce avec quoi on est plus familier.

Alors dis moi : Quel est ton outil de prédilection ? Est-ce que cet article t’a aidé à résoudre tes dilemmes ? A savoir quel Page Builder choisir pour tes projets clients ? N’hésite pas à lancer le débat dans les commentaires ! C’est en échangeant qu’on peut s’apporter aide et support dans notre activité.

A retenir

Utiliser un Page Builder lorsqu'on est web designer permet de gagner un temps précieux que l'on peut consacrer à mieux cerner le projet de nos clients.

Start your digital Journey

Un mail par semaine, mes conseils pour débuter ou poursuivre ton aventure digitale, mes offres en avant-première, mon journal entrepreneurial.


En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité et le fait que nous puissions traiter vos informations conformément à ces textes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Cet article a été écrit par

Christelle Bres Bourgeois

Créatrice d'ambiances digitales, simplificatrice de technologies & passeuse de savoirs pour les indépendantes qui veulent percer en ligne et les web designers qui veulent améliorer leurs process. 

Laissez un commentaire